Quatrième antienne O - O Clavis David

Cette quatrième antienne fait référence au grand roi David et au pouvoir de ce Messie tant attendu : qu’il délivre les hommes de la mort.

Paroles : Ô Clé de David, ô Sceptre d’Israël/ tu ouvres et nul ne fermera, tu fermes et nul n’ouvrira/ Viens, Seigneur, et arrache les captifs établis dans les ténèbres et la nuit de la mort.

 

David est le roi musicien. Pour cette antienne, Marc-Antoine Charpentier appelle donc en renfort 3 flûtistes (cette fois-ci leur partie est bien écrite !) et à une chanteuse. Cela confère à cette antienne un caractère très enlevé et joyeux.

Vous pourrez noter les jeux d’opposition entre un soliste et le chœur sur les paroles : 

Le chœur "qui aperis" (tu ouvres)

Le soliste "et nemos claudit" (et personne ne ferme)

Le chœur "claudis" (tu fermes)

Le soliste "et personne n’ouvre".

Vous noterez aussi le changement de ton après le très enlevé "Veni, veni !". Le tempo devient plus lent, les harmonies plus chargées. Jusqu’à la phrase finale "et umbra mortis", pleine d’émotion, de noirceur, mais qui finit tout de même sur un accord majeur, signe que la lumière arrive !
*
Marc-Antoine Charpentier est un compositeur de l’époque de Louis XIV. Sa musique ne fut pas très connue du grand public à l’époque. En effet, tout comme tous les autres musiciens de son temps, il fut complètement éclipsé par l’unique et tout puissant intendant de la musique du roi : Lully. Mais depuis la fin de la Seconde guerre mondiale sa musique a fait l’objet d’une redécouverte sans précédent. Et de nos jours, de nombreux ensembles de musique ancienne jouent et enregistrent sa musique. Certains ensembles tirent même leur nom de certaines de ses œuvres. C’est le cas bien sûr de l’ensemble "Les Arts Florissants", dirigé par William Christie. Et bien plus modestement c’est le cas des "Fous Divertissants". Pour la petite anecdote, Les Fous Divertissants est une œuvre de Raymond Poisson et musique de Marc-Antoine Charpentier, et est la toute première comédie écrite pour la Comédie française ! 

Si la musique de Marc-Antoine Charpentier plaît autant à notre époque c’est peut-être à cause de cette facilité qu’a son auteur de nous toucher droit au cœur. Avec une grande économie de moyen, mais avec des harmonies formidables et une ingéniosité sans borne, Marc-Antoine Charpentier sait donner à un texte tout le souffle de vie qui l’anime. 

C’est le cas ici avec ce « Salut de la veille des O et les 7 O suivant le romain ». Par le terme "romain" Charpentier fait ici référence à la réforme du Concile de Trente qui eut pour effet d’abandonner une huitième « O », « O virgo virginum », qui se chantait en dernier. On peut donc ainsi trouver des versions de cette antienne à la Vierge chez des compositeurs antérieurs au concile de Trente (1563), comme par exemple le grand Josquin Desprez.
*
Catherine Cessac, grande spécialiste de Marc-Antoine Charpentier, présente la forme de ces "antiennes O".
Chaque antienne est structurée de la même manière : d’abord l’invication ("O Sapientia", "O Adonaï", ...) que Charpentier traite en de longues notes suspensives créant comme par magie le climat d’attente propre à l’Avent. Les voix en imitation exposent la suite du texte ; puis, sur "Veni", appel véhément à la venue du Christ, le tempo s’anime ("gai") et passe du binaire au ternaire. Les dernières mesures retrouvent l’état de repos et la gravité du début.

Réalisateur : Mathilde Piganeau

Co-auteur : Marc-Antoine Charpentier

Producteur : Les Fous divertissants

Notre sélection